lundi 31 octobre 2016

La déprime d'Halloween

 Halloween ... Les boulangeries ont recouverts leur vitrine de toile d'araignée cotonneuses, les youtubeuses se sont jetées sur l'occasion pour sortir le latex et le faux sang et les supermarchés mettent au rabais le costume de sorcière invendu de l'an dernier. Pas de quoi rêver. On a beau essayer Halloween et la France ne sont toujours pas réconciliés. Ca donne l'impression d'une fête tristounette tellement la sauce ne prend pas.

Avec un peu de chance vous serez invités à une soirée déguisée et là ok le tuto FX prend tout son interêt. Si on aime les déguisement ça peut être fun. Avec un peu de chances t'as une imagination de fou et tu réussira avec un rouleau de PQ et de la confiture de fraise à faire Jack l'Eventreur ou sinon tu te contenteras du chat (faire des oreilles en carton et des moustache au crayon noir pas besoin d'être un artiste). Comme de mon côté je n'ai pas prévu de me déguiser ce soir je suis désolé mais j'ai fait le service minimum alors j'ai choisi la deuxième option !

Les adorateurs de cette tradition pourront toujours me contredire que c'est une fête très aimée par les enfants ou que les fêtes costumées ne cessent d'augmenter. Mais je reste butée (je sais, je suis imbécile je ne chante pas d'avis). Je garde toutefois de bons souvenirs de cette fête : les après-midi à creuser des citrouilles et la seule fois ou je suis allée faire du porte à porte (en chat-panthère petit twist d'originalité n'est-ce pas ?).

Au final ce n'ai pas que je déteste cette fête. Je la trouve juste pas adaptée à notre pays. Il y a bien une raison si on ne fête pas Thanksgiving ? Ces fêtes anglo-saxonnes appartiennent à une culture sûrement trop éloignée de la notre. Si j'avais l'occasion de vivre un 31 octobre aux Etats-Unis là par contre ce serait inoubliable ! 

Et oui on ne peut pas être les meilleurs partout, cocorico, rendons à César ce qui appartient à César et gardons nous la fête des mères et le 11 novembre (oui je sais ... c'est pas glamour). Alors si vous pouvez profitez de l'occasion pour faire la fête un maximum profitez-en le lendemain c'est férié !  Ou simplement en profiter pour matter de bons vieux films d'horreur (pas tous seul et on finit par un petit Disney je tient à votre santé mentale quand même !). Mieux vaux voir le côté positif, si l'ambiance dans les rues n'est pas au rendez-vous, c'est toujours une façon de profiter de ses amis.

Passez un joyeux Halloween chers crapauds magiques et autres bestioles ensorcelées.
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 10 octobre 2016

Mon blog et les autres


Cela fait plus d'un an que je tiens ce blog et j'en viens à faire un bilan sur ces premiers mois derrière mon ordi. J'ai commencé indécise sur quelles étaient mes envies. Je me calquait sur les blogs modes que je connaissait, tentait de reproduire le style de leur plumes ainsi que les multiples catégories qu'elles utilisaient. Honnêtement je ne regrette pas de l'avoir fait, ça m'aura permis de savoir ce que j'aime faire ou non. Les fringues sont une de mes passion c'est indéniable mais je n'aime pas écrire de longs texte pour expliquer mon choix sur mes chaussettes jaunes. 

Au fil du temps j'ai pris goût au shooting photo et j'ai délaissé les conseils ou idées beauté/mode. Car grâce à mon blog une autre passion s'est réveillé : l'écriture. Ou plutôt le papotage plus que de l'écriture. Je ne suis pas romancière loin de là mais j'adore écrire sur des instants de vie ou sur des doutes. Si vous saviez le nombre de textes non publiés qui trainent dans mes brouillons ! J'ai donc au fur et à mesure appris à tenir mon blog comme je le voulais sans me soucier de ce que les autres pouvaient faire. J'ai acquis mon propre style et je suis fière de ce à quoi ressemble mon blog aujourd'hui.

Toutefois ce que je regrette c'est l'interaction avec les autres (la "blogosphère"). Dans les premiers mois je trainais beaucoup sur Hellocoton dans l'espoir de me faire connaître. j'échangeais avec d'autres jeunes blogueuses. C'était parfait, on se commentait mutuellement nos articles et ça permettait de ne pas lâcher l'affaire car ça peut être très décourageant de n'avoir personne qui nous lit, de poster dans le vent.

Dans les premiers mois j'avais souvent un commentaire à chaque article et quelques vues. De quoi donner de l'espoir. Mais lorsque j'ai commencé à faire des choix plus affirmé dans mes textes les vues ont commencé à augmenter et les commentaires ont disparus. Alors au moins je sais que je suis lue mais il n'y a plus d'échange. Je préfèrerais de loin l'inverse. C'est peut être de ma faute, je me suis éloignée moi-même des autres blogs et suis restée dans mon coin mais j'aimerais vraiment que les échanges reprennent, que mes questions ne tombent pas dans le vide.

Voilà mon ressentit par rapport à moi et aux autres. Je suis dans une bulle, je ne sais pas si je l'ai créé moi-même ou si c'est le fruit du hasard mais j'ai hâte qu'elle se perce. J'aimerais vous connaître vous qui me lisez. Qui êtes-vous ? Qu'aimez-vous lire ?
Rendez-vous sur Hellocoton !

lundi 3 octobre 2016

La loi du métro

haut ...
jean Jennyfer
talons Pimkie
headband Claire's
collier H&M
Rien n’est plus privé qu’un lieu public. Prenez le train par exemple, y a t’il plus impoli que de croiser le regard de quelqu’un dans la rame d’un métro ? C’est dans ce lieu où tout le monde est anonyme que j’aime enfreindre la loi, la loi du métro …

J’avoue ne pas respecter totalement les règles implicites de l’intimité du métro. Je jette des regards furtifs sur les passagers, mon voisin d’en face et le couple qui vient de monter. Je reste très discrète enfin je pense. Et comme mon livre me tombe un peu des mains que la musique qui joue dans mes écouteurs n’est plus qu’un bruit de fond, je commence à prendre de l’intérêt pour ces illustres inconnus.

Le voisin d’en face est  assez jeune, sûrement la vingtaine. Je l’imagine étudiant en sciences vu son allure droite et son air si sérieux. Quoi que tout le monde fait la gueule dans les transports : c’est comme une sécurité supplémentaire pour qu’on entre pas dans notre intimité. Je me lasse assez vite finalement, il n’a rien de bien intéressant : casque aux oreilles et le regard vissé à son téléphone comme 90% des gens ! Allez un peu d’originalité s’il vous plait pour faire passer mon trajet plus rapidement.

Nouvel arrêt. Ca rentre, ça sort. Tiens des touristes ! Eux au moins change de l’ordinaire. Ils ont le nez en l’air, un peu paniqués : « mince on descend dans un ou deux arrêt !? ». On voit que ce n’est pas des habitués du lieu. Ils se bousculent avec leur énorme sac à dos tels des éléphants dans une boutique de porcelaine. Et je parie qu’ils n’auront pas de gêne à demander leur chemin quitte à enfreindre les lois du métro !

Oh non ils s’avancent vers mon carré. Les observer de loin oui mais me les coltiner ? Je parie que les gens vont penser que je suis avec eux en plus si ils me parlent. Tout de suite je replonge mes yeux dans mon bouquin. Oui, oui, vous le voyez là que je suis occupée ? Ah bah non ils ne tentent pas d’approches. Je jette à coup d’œil à travers mon livre. La femme est plongée dans une carte de Paris de ce que je vois et l’homme s’est finalement fondu dans la masse à l’aide du fameux smartphone.

Les Halles.  C’est mon arrêt. « Excusez-moi » : les seuls mots que je m’autorisent. Je descend sur le quai, fin du voyage et adieu mon étudiant et mes deux visiteurs de la capitale, on ne se reverra sûrement jamais ! Je continue ma route vers chez moi. Ouf ! J’ai échappé à la loi du métro …
Rendez-vous sur Hellocoton !