lundi 23 janvier 2017

Cachés dans les notes


Si j'aime bien lire un bouquin dans le RER, il m'arrive de le terminer en cours de trajet et de me retrouver dans l'ennui total. J'ai déjà vu et revu ces paysages si majestueux de la banlieue parisienne. La quarantenaire qui joue a Candy Crush et le mec perdu dans ses pensées n'ont plus de secret pour moi et font parti du décor. Comme beaucoup je me plonge dans mon téléphone pour tenter de combler les 20 minutes de trajet restant. Mais mes pauvres 8 Go d'espace total ne m'ont pas permis d'installer 30 000 jeux de l'Apple Store et mon forfait 3G est presque épuisé. Bref me voilà avec ma musique dans les oreilles à me faire chier.

Pour m'occuper je parcours ces applications que je n'ouvre jamais. Je parcoure mes photos, je vide les choses inutiles quand j'arrive à mes notes. J'avais totalement oublié ces textes écrit il y a peut être cinq-six mois. En les relisant je n'arrive pas à me mettre à la place de la personne que j'étais il y a pourtant si peu de temps. C'est dingue la rapidité que j'ai à passer à autre chose. Je trouve mes mots exagérés à croire que j'ai accentuer mes pensées pour les rendre plus dramatique. Est-ce de la fiction ou ce que j'ai réellement ressenti ? Incapable de le dire je passe au texte suivant. 

Et ainsi je passe tout mon trajet restant à lire ces textes pour certains pas si mal écrit. Je me dit que je pourrais peut être en publier mais non. Ils sont bien trop personnels mais quel dommage que ce soit eux les plus réussit ! Je les écrit en une traite sans réfléchir. Ce n'est pas un journal intime mais plus un carnet de pensées. Le dernier date du 30 décembre quand j'étais à Londres. Il est très court, inachevé. C'est tellement frais que je me souviens du moment. J'étais assise à la table d'un Burger King mon plateau presque fini devant moi pendant que mes amies étaient parties aux toilettes. Alors comme d'habitude pour occuper le temps j'ai sorti mon téléphone ...

Ca y est je suis arrivée. Je range mon portable, augmente le son de ma musique, remonte la fermeture de mon manteau et sort. Je me demande ce que j'aurais écrit aujourd'hui si je l'avait fait.  On est le lundi 16 janvier 2017 et ce que j'ai envie d'écrire c'est un article.
Rendez-vous sur Hellocoton !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire